[Séance plénière 17&18 mars 2016] Intervention de Muriel Guénoux – Rapport CR 41-16 : Action régionale en faveur du logement. Engagement en faveur des classes moyennes.

Nous partageons votre analyse, il faut relancer la construction de logements intermédiaires en Ile-de-France. A raison de 70 000 nouveaux logements par an, objectif fixé par le SDRIF, il faut une juste répartition des constructions entre logements sociaux intermédiaires, logements sociaux et logements très sociaux et ce en fonction des profils des demandeurs de logements franciliens.

Mais si nous partageons l’analyse, une fois de plus nous ne partageons pas complètement la solution que vous proposez. Nous vous avons fait part lors du précédent débat de notre vision de la politique du logement que nous souhaitons voir appliquée en Ile-de-France. Nous souhaitons une offre équitablement répartie sur l’ensemble du territoire. Nous souhaitons davantage de mixité sociale, mais nous souhaitons que l’ensemble des territoires franciliens en partagent la charge.

Avec ce rapport vous proposez de relancer la construction de logements intermédiaires, et ce même dans les villes carencées au titre de la loi SRU. Mais la priorité dans ces villes, pour installer une réelle mixité sociale ne commence-t-elle pas en donnant la priorité au social et très social ? Ou du moins, ne peut-on pas envisager un engagement d’un logement intermédiaire construit pour un logement social ?

Ou peut-être que cela ne convient pas à vos collègues de droite, effrayés de respecter la loi SRU et de perdre le soutien de leurs électeurs, qui ne veulent pas voir pousser sous leurs fenêtres des logements destinés à des populations aux profils sociologiques différents.

Si le groupe RCDE vous prête là de mauvaises intentions et auquel cas, nous nous en excusons, mais à vous de nous le démontrer.

Ce rapport, sans doute pavé de bonnes intentions, crée donc un déséquilibre en matière de politique du logement là où il avait pour ambition d’en supprimer, laissant sur le bord du chemin les franciliens les plus modestes.

Et quid de notre rôle d’aménageur du territoire ? Nous avons bien compris que le respect du SDRIF n’est pas pour vous et votre majorité, une nécessité. Et pourtant, ce document préfigure de l’Ile-de-France de demain. Une Ile-de-France qui voit ses inégalités se réduire, et où la notion d’équité territoriale résonne.

Il est du devoir de la Région de s’affirmer comme aménageur de son territoire et d’encourager des projets permettant un rééquilibrage territorial et garantissant l’équité territoriale, notamment en matière de politique du logement. Je vous invite à consulter le SDRIF, il est en ligne sur notre site institutionnel.

Pour ces raisons, et en l’absence de garanties que vous mettrez tout en œuvre, Madame la Présidente, pour faire en sorte que les maires irresponsables, des villes carencées en logement sociaux, – pour la plupart membres de votre club des maires bâtisseurs –  se mettent en conformité avec la loi SRU, nous nous abstiendrons sur ce rapport.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s