[Séance plénière des 17 & 18 mars 2016] Intervention d’Eddie Aït – Débat d’Orientations budgétaires

Débat d’orientations budgétaires : 

Madame la Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Le débat d’orientations budgétaires est un exercice politique attendu qui doit permettre la confrontation des projets et éclairer les franciliens sur les intentions qui sont les vôtres.

Mais, ici, il n’en est rien.

Ce ne sont pas des orientations budgétaires que vous présentez mais un brûlot contre la gestion budgétaire de l’ancienne majorité. Vous pensez qu’elle a été irresponsable, que la gauche a laissé une situation explosive. Vous estimez que les budgets présentés et votés n’étaient pas sincères.

La campagne s’est achevée Madame la Présidente, vous êtes en poste, vous êtes en responsabilité.

Déformer la réalité financière de notre collectivité ne fera pas de vous une bonne gestionnaire.

La politique de l’autruche n’est pas la solution Mme Pécresse et de grâce ne vous réfugiez pas en permanence derrière des parapluies et en particulier l’Etat pour justifier vos dérives idéologiques et pragmatiques.

Nous attendons de vous des orientations budgétaires durables, au service du bien-être et de la qualité de vie des franciliennes et des franciliens.

Que sont les orientations budgétaires sinon la traduction de vos ambitions pour un territoire ? La traduction des politiques publiques, la feuille de route d’une Région amenée à évoluer à se développer encore davantage.

Nous partageons un engagement commun pour l’Ile-de-France mais une chose est sûre, à vous lire dans le rapport, nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

Vous aviez Madame la Présidente, l’occasion de présenter à l’Assemblée régionale vos ambitions pour une région apaisée, plus forte et plus dynamique, une région à la hauteur du rang qui est la sienne et qu’elle doit conserver.

Au-delà des postures et des démonstrations mensongères :

-rien dans vos orientations pour l’investissement

-rien pour la promotion du développement économique

-rien pour favoriser l’emploi des franciliens

-rien pour la cohésion sociale, au contraire les associations et leurs bénévoles y sont sacrifiés

-rien sur la modernisation de notre action publique, au contraire les agents servant de variable d’ajustement à une recherche pavlovienne d’économies de fonctionnement tout en finançant à nouveau les manuels scolaires dans les établissements privés et en augmentant les forfaits d’externat, au-delà des dispositions prévues par la loi.

Madame la Présidente, je vous invite à revoir vos orientations qui mettent à mal la solidarité.

Je vous invite à ne pas affaiblir cette belle valeur républicaine de solidarité en la réduisant à une charge sociale, politique et financière.

Je le dis avec gravité car nous sommes sur le fil du rasoir, la société française et travaillée par des courants de pensée qui verraient d’un bon œil la remise en cause du pacte social et républicain.

Notre mandat régional nous place aux avant-postes de la solidarité quotidienne en direction des plus jeunes, des personnes âgées, handicapées, des demandeurs d’emplois, des plus fragiles, des territoires ruraux, des quartiers populaires.

Ne restons pas, dans l’intérêt des franciliennes et franciliens, sur ce sentiment de gâchis exprimé par vos orientations et reconstruisons des solidarités fortes politiquement et fortes financièrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s