[Séance plénière – 19&20 mai 2016] Intervention d’Eddie Aït sur la création d’un cycle de conférences dans les lycées sur le terrorisme.

CR 95-16 : Les grands témoins contre le terrorisme

 

Madame la Présidente,

Le terrorisme existe de longue date. Il est complexe à comprendre, à appréhender et à combattre car il n’a de cesse de se transformer. Evolution des organisations, évolution des motivations, évolution des buts, des méthodes et des moyens.

Le terrorisme est international, il dépasse toutes les frontières et la France en est la victime.

Le terrorisme a plusieurs visages. Il exige des pouvoirs publics différentes formes de réponses pour le combattre efficacement.

C’est dans cette lutte contre le terrorisme que s’est engagé le gouvernement dans son ensemble usant, dans le respect des libertés fondamentales, de tous les moyens mis à sa disposition.

Ce plan de bataille républicain lancé après les attentats de janvier 2015, renforcé après ceux de novembre, se décline à plusieurs niveaux :

-un dispositif financier visant à renforcer la lutte contre la propagande, la radicalisation et la violence terroriste. Il se traduit très concrètement par l’augmentation des moyens humains et matériels consacrés à ces missions.

-une action législative forte, grâce à l’Etat d’urgence, à la loi du 13 novembre 2014 et à celle de juillet 2015 sur le renseignement.

-une action préventive avec la possibilité pour les parents de s’opposer à la sortie du territoire de leur enfant mineur, le Plan Vigipirate renforcé ou encore les différentes campagnes de sensibilisation et d’information organisées par le gouvernement ainsi que l’appui aux associations concernées

-une action internationale avec le renforcement de la coopération diplomatique, militaire et du renseignement.

Un impératif se dégage dès à présent, celui d’agir toujours plus en amont, par la prévention, par la lutte contre les racines du mal. C’est le défi qui doit être relevé et que vous abordez dans ce rapport « les grands témoins contre le terrorisme ». Nous l’abordons avec sérieux et responsabilité. Quand il s’agit de la sécurité nationale, de la sécurité de tous les français et de l’avenir de la jeunesse nous nous devons de sortir des postures politiciennes.

Ainsi, le gouvernement a lancé stop-djihadisme, un site internet et un numéro vert pour tenter de détecter le plus tôt possible, toute personne séduite par la propagande djihadiste et susceptible de se radicaliser. Il s’agit d’un problème qui dépasse les origines sociales, ethniques ou religieuses. Il peut toucher tous les français et aucun territoire de la République n’est à l’abri.

La jeunesse et les lycéens en particuliers sont des cibles de choix pour la propagande djihadiste.

En réponse à cette situation, le rapport présenté aujourd’hui propose la mise en place d’un cycle de conférence dans les lycées pour y faire intervenir les témoins du terrorisme.

Sur le fonds nous ne pouvons que souscrire à cette initiative. Sensibiliser les jeunes aux ravages du terrorisme, les confronter à la douleur de victimes bien réelles, lever le voile sur ce monde de mensonge et de haine sont des premiers pas indispensables.

Cependant ce ne peut pas suffire.

Il faut donner aux lycéens les outils nécessaires pour affronter le monde qui les entoure, chercher l’information, où la chercher et comment l’analyser. Ils sont trop nombreux à ne plus donner de crédit aux sources d’informations traditionnelles qu’elles soient familiale, scolaire ou issu des médias. C’est un chantier titanesque mais indispensable si l’on ne veut pas que de plus en plus de jeunes se coupent de la réalité et, en l’absence d’esprit critique et d’information fiables, ne soient victimes des pires manipulations.

Malheureusement votre rapport ne fait pas mention de cet enjeu central et nous le regrettons amèrement.

Votre rapport ne mentionne d’ailleurs pas grand-chose de concret à même de bouleverser véritablement la donne sur le terrain. A peine deux pages pour aborder un sujet aussi grave et complexe, nous espérons qu’il s’agit là de prémices à des initiatives d’une autre envergure, comme la confirmation de notre participation aux travaux de l’AFCDRP.

Il faut s’inspirer de ce qui se fait déjà et inventer de nouveaux outils. De nombreuses initiatives prises par des enseignants qui ont compris l’enjeu que constitue la recherche et le traitement de l’information par leurs élèves. Ces enseignants expliquent, à travers des exercices et autres procédés pédagogiques,  comment ne pas tomber dans le piège de la « théorie du complot », savoir détecté les signes de manipulation et éviter toute forme de propagande.

Il est de notre devoir de les soutenir dans ces démarches. C’est pour cette raison que nous souhaiterions vous proposer de réfléchir à élargir ces conférences, pour ne pas seulement évoquer le terrorisme avec les lycéens mais également les préparer à affronter le monde de l’information qui les entoure.

Madame la Présidente, nous voterons ce rapport mais espérons, qu’il puisse constituer la base d’une intervention publique régionale plus encore et plus efficace.

Je vous remercie.

 

Orateur : Eddie AIT

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s