La région Ile-de-France adopte son 2e budget

Paris, France | AFP | mercredi 25/01/2017 – 20:29 UTC+1 | 500 mots

Le conseil régional d’Ile-de-France, dirigé par Valérie Pécresse (LR), a adopté mercredi son deuxième budget depuis son arrivée à la tête de l’exécutif, axé sur l’investissement et les baisses de fonctionnement, très critiqué par l’opposition sur le logement, l’environnement et la culture.

Le budget qui s’élève à 5,25 milliards d’euros (en hausse par rapport à 2015), a été voté par 116 voix en sa faveur (LR-Modem et UDI), et 74 voix contre (PS, FN, EELV, FG, Radicaux de gauche) et une abstention.

Il prévoit une hausse des dépenses d’investissement de 17,7% pour s’établir à 2 milliards d’euros (+ 17,7%) et une baisse des dépenses de fonctionnement (-3,9%) pour atteindre 2,2 milliards.

Mme Pécresse avait qualifié en ouverture des débats lundi ce budget d' »exceptionnel », et répété que l’Ile-de-France était devenue « la région la plus économe de France ».

Ses principaux postes sont les transports (1.490,5 M d’euros), les lycées (773,9 M), notamment pour un plan d’urgence de rénovation, l’environnement et l’énergie (109,05 M), notamment pour la lutte contre les dépôts de déchets sauvages, l’aide au remplacement des vieilles chaudières ou un « plan vert » pour revégétaliser les villes, et la culture (93,3 M) avec par exemple le développement d’un fonds pour la création cinématographique.

Le développement économique (182,76 M) et l’apprentissage, l’emploi et la formation professionnelle (622 M), font également partie des priorités régionales.

Mais l’opposition a déploré à plusieurs reprises un budget en trompe-l’oeil », « un enfumage » ou « un jeu de bonneteau », et a souligné que la majorité n’avait pas consommé tout le budget 2016, s’interrogeant sur la création « d’une cagnotte ».

La gauche a aussi dénoncé régulièrement la volonté de la majorité régionale de « faire de l’Ile-de-France un laboratoire régional du candidat Fillon pour 2017″. Elle a notamment déploré la baisse de budget pour le logement social, « des désengagements » sur l’hébergement d’urgence, l’environnement ou la culture, et la baisse de subvention pour les associations et les organismes associés, dont plusieurs se retrouvent en voie de disparition.

« Vous vous acharnez à détricoter les solidarités, » a dénoncé Carlos Da Silva (PS), dénonçant notamment « un débat pathétique sur le logement », tandis que Eddie Ait, pour les Radicaux de gauche, a critiqué un « budget austère et inefficace ».

« L’aide à l’hébergement d’urgence baisse de 12 millions, la participation à la construction de logements sociaux de 40 millions », a déploré Céline Malaisé (Front de gauche), opposée à « un budget de profondes régressions ».

« Votre budget sape toutes les politiques de solidarité » et « va à rebours des impératifs environnementaux », a déploré Mounir Satouri (les écologistes).

Pour le FN, « ce budget c’est une dose d’affichage, une dose de clientélisme, une dose de +politiquement correct+ et une dose de +on ne peut pas faire autrement+ », a déclaré Aurélien Legrand.

« Des acquis sont remis en cause, ce n’est pas facile », a reconnu Yann Wehrling (Modem), « Ce changement, nous devons l’accompagner pour qu’il se fasse en douceur, mais il doit se faire et nous assumons, avec vous, Mme La présidente, certains choix difficiles ».

L’UDI a salué « une gestion sobre et exemplaire » et le groupe LR « un budget ambitieux ».

caz/ff/bir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s