[AFP] La région IDF vote ses premiers partenariats public-privé pour la construction de lycées

La région Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse (LR), a adopté mercredi en commission permanente le lancement des premiers partenariats public-privé (PPP) pour la construction ou reconstruction de trois lycées, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

« Le Conseil régional a voté le lancement de deux marchés de partenariat (ex Partenariat Public/Privé) pour la reconstruction du lycée Jules-Ferry de Versailles (2.300 places, rentrée 2022) ainsi que la construction des lycées de Pierrefitte-sur-Seine (1.200 places nouvelles, rentrée 2021) et de Palaiseau (1.400 places nouvelles, rentrée 2021) », a indiqué la Région.

Le vote a porté sur un montant de 111 millions d’euros.

La région Ile-de-France avait adopté en mars un « plan d’urgence » pour la rénovation ou la construction de lycées franciliens d’ici 2027, d’un montant total de 5 milliards d’euros, qui prévoyait la possibilité de partenariats public-privé (PPP), dénoncés par l’opposition.

Mme Pécresse avait annoncé qu’elle aurait recours à ce type de dispositifs en raison d’un défaut d’investissement majeur de la précédente majorité dans les lycées et de délais de construction trop longs.

« Pour la grande majorité des projets de construction et de rénovation, la Région utilisera les procédures classiques de marchés publics. Pour certains d’entre eux, elle aura recours aux marchés de partenariat » qui permettent de « confier à un opérateur unique une mission globale pour la construction, une part du financement, ainsi qu’éventuellement l’entretien et la maintenance », précise la région dans son communiqué.

Dans un communiqué, le Front de Gauche juge que « cette tendance à la privatisation des politiques publiques » est « une manne d’or pour les grands groupes de BTP tels Vinci ou Bouygues qui sont privilégiés sur ce type d’opérations, contrairement aux PME/TPE », et regrette le choix de la région de commencer par la « construction de grands lycées neufs à l’ouest, en l’occurrence à Versailles », au détriment des établissements de la Seine-Saint-Denis, confrontés notamment à des « dysfonctionnements techniques » et « une hausse démographique ».

Pour le groupe Alternative écologiste et socialiste, « avec ces marchés, nous passons en droit privé et il a été démontré qu’ils étaient le plus souvent catastrophiques pour les collectivités locales et n’apportaient aucune garantie, en termes de malfaçons ».

« En normalisant les recours aux PPP, Valérie Pécresse choisit de fragiliser l’avenir du service public en l’asservissant à des financements extérieurs », a tweeté le groupe RCDEC (Radicaux de gauche).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s