[AFP] L’Ile-de-France a voté son budget 2018 : 5,15 mds EUR, en légère baisse

Le conseil régional d’Ile-de-France a voté mercredi son budget 2018 d’un montant de 5,15 milliards d’euros, en légère baisse par rapport à 2017.

Qualifié d' »exigeant » par sa présidente LR Valérie Pécresse, qui veut faire de l’IdF la « première métropole écologique, attractive et solidaire » d’Europe, le texte a été adopté par 116 voix (LR-UDI-Modem) contre 82 ( groupes radical, socialiste, écologiste et Front National).

Mme Pécresse qui faisait voter son troisième budget, a présenté un plan pour une région « exemplaire et sobre », malgré quelque 100 millions d’euros de pertes de recettes (-2,4%), marqué par une réduction des dépenses de fonctionnement et une « stabilisation » des investissements après une « année record » en 2017.

Sur un total de 5,15 milliards d’euros (contre 5,25 milliards d’euros en 2017), les dépenses d’investissement vont s’établir à près de 2 milliards d’euros (+25% depuis 2015) et les dépenses de fonctionnement baisser à 2 milliards (-12% par rapport à 2015), selon la présentation de l’exécutif régional. La charge de la dette représente environ 700 millions d’euros.

1,5 milliard est consacré aux transports, dont la moitié en investissements, quelque 800 millions à l’enseignement secondaire avec notamment le lancement de travaux de cinq lycées, et 570 millions à l’apprentissage.

L’environnement reçoit 110,4 millions dont la création de la première Agence Régionale pour la Biodiversité, 94 millions sont dédiés à la politique culturelle et près de 75 millions au sport et aux loisirs.

La première étape du déménagement du conseil régional vers un nouveau siège à Saint-Ouen, avec les départs de quelques directions, est également entérinée.

Les débats pendant deux jours et demi ont été l’occasion d’une bataille de chiffres entre opposition et majorité.

L’ex-ministre du Logement Emmanuelle Cosse a regretté « l’absence de référentiel commun dans la comparaison des chiffres, chacun y allant de son petit tripatouillage », selon l’élue RCDEC (Groupe Radical, Citoyen, Démocrate, Ecologiste et Centriste), ex-écologiste.

Elle a dénoncé un « recul sur les politiques de solidarité, un manque d’ambition sur la transition écologique, un abandon du logement social et une marginalisation de l’enseignement public » au profit du privé.

Les « coups de rabot sont nombreux sur ce qui fait le coeur de la solidarité régionale », a ajouté Céline Malaisé (Front de Gauche) en évoquant le « soutien à la construction du logement social qui a perdu 50 millions d’euros depuis 2015 », à l’action sociale ou la vie associative.

« Vous faites moins pour le développement économique, moins pour le logement, moins pour l’environnement, moins pour les associations », a accusé Anne-Claire Jarry-Bouabid pour les écologistes.

« La réalité, c’est qu’il y a une baisse » sur des budgets « d’affichage politique » comme les transports ou la sécurité, a dénoncé Carlos Da Silva pour le PS.

Pour le FN, Axel Loustau a déploré « le soutien insuffisant à l’agriculture bio » et « le manque d’ambition » sur la sécurité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s