[Question écrite] Soutien au développement d’offres de transports propres en libre service

Dans une question écrite en date du 10 juillet, Eddie Aït, président du Groupe RCDEC, a interpellé Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Île-de-France, sur le soutien régional au développement de services de mobilité propres, individuels ou partagés, avec ou sans station (free-floating) à l’échelle du territoire francilien.

Madame la Présidente,

Vous indiquez dans votre plan climat énergie vouloir aboutir, d’ici à 2030, à une réduction de 20% de la consommation énergétique régionale. A ce titre, les transports constituent un levier d’action privilégié puisqu’ils concentrent actuellement 27% de l’énergie finale consommée en Ile-de-France.

La Ville de Paris, s’associant à des entreprises privées, a accompagné la mise en place d’offres de transports en libre-service propres, notamment d’auto–partage et de vélo-partage, afin de réduire l’usage de la voiture à essence individuelle, très énergivore.

D’autres collectivités franciliennes se sont engagées, principalement dans le vélo-partage, mais leurs services peinent bien souvent à trouver leur équilibre économique.

Cependant des pans entiers de notre région, surtout en Grand couronne, sont exclus de ces services, ce qui participe à leur marginalisation.

Constatant ces difficultés et inégalités, la Région devrait apporter son soutien financier et technique, favoriser l’harmonisation de ces initiatives sur son territoire et ainsi leur faire gagner en efficacité et en rentabilité. Face à cette révolution des transports, la région ne peut en effet rester spectatrice et doit enfin saisir ce qui constitue une véritable opportunité.

Une opportunité de justice tout d’abord, notamment en termes d’égalité des territoires, puisqu’il est incompréhensible que l’ensemble de la Grande couronne ne puisse bénéficier de ces services. Ils doivent pouvoir être proposés partout et à tous les Franciliens, d’autant qu’avec la montée en puissance des parkings relais, la demande ne devrait faire qu’augmenter.

Une opportunité en matière écologique aussi car les gains issus d’un plus large usage des modes de transports propres seront significativement plus importants s’ils sont réalisés partout sur le territoire francilien.

Une opportunité politique également car la Région, cheffe de file en matière de transports, pourrait bénéficier d’une forte visibilité en agissant sur un sujet qui concerne au quotidien des millions de Franciliens.

Une opportunité en termes d’emplois et d’innovation enfin puisque de nombreux systèmes de transport propres, en libre-service, avec ou sans station, se développent partout dans le monde.

PSA et Renault proposent déjà un service sans-station à Madrid avec notamment une flotte de 500 Citroën C-Zero 100% électriques et revendiquent 180 000 abonnés.

La société Lime a lancé, le 22 juin dernier, à Paris, un service de trottinettes électriques, également sans-station. Les utilisateurs peuvent ainsi trouver et déverrouiller des trottinettes électriques en utilisant une application mobile et les laisser là où ils le souhaitent après leur course. Leur vitesse est limitée à 24 km/h et leur autonomie est de 50 km. Tous les engins sont récupérés dès 21 heures pour être rechargés, puis redéployés au petit matin.

Cityscoot ou Coup, quant à eux, proposent depuis 2017 dans Paris des scooters électriques sans-station.

Enfin en Asie et notamment en Chine les flottes de vélos sans-station explosent et ont d’ores et déjà permis une réduction sensible de la pollution atmosphérique dans les grandes villes du pays.

Tout cela alimente la filière industrielle des transports propres et créer de l’emploi sur le terrain ou dans les laboratoires et bureaux de Recherche et Développement dont notre région a grand besoin.

Dès lors Madame la Présidente, quelle mesures comptez-vous prendre pour encadrer et favoriser le développement de services de mobilités propres en libre-service, individuels ou partagés, avec ou sans station, sur l’ensemble du territoire francilien ?

Je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de ma très haute considération.

Eddie Aït
Président du Groupe RCDEC au Conseil régional d’Île-de-France
Conseiller municipal de Carrières-sous-Poissy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s