Viviane Romana

Viviane ROMANA est docteure en psychologie clinique, spécialisée en psychothérapie transculturelle et en ethnopsychiatrie des sociétés créoles. Elle s’est intéressée à la construction des sociétés issues de l’esclavage colonial : héritages de l’esclavage (famille matrifocale), identité des descendants d’esclaves, mémoire de l’esclavage colonial et sa transmission, et conséquences psychologiques de l’esclavage.

Elle dirige le centre d’aide aux familles matrifocales et monoparentales qu’elle a créé en 2008. Ce centre offre une aide psychologique aux familles matrifocales antillaises, guyanaises, réunionnaises, et haïtiennes, mais aussi aux familles d’origines culturelles diverses, fragilisées par leur monoparentalité et leur migration.

La Guadeloupéenne, Viviane ROMANA, est une militante associative engagée dans la communauté antillaise depuis 1981. Dans les années 80, elle fut la première femme, et la seule d’ailleurs, membre du comité exécutif de l’Association Générale des Etudiants Guadeloupéens. Elle a présidé dans les années 90, l’association Bwafouyé qui fut à l’initiative de l’historique marche silencieuse du 23 mai 1998. Cette marche rassembla à Paris 40 000 descendants d’esclaves antillais, guyanais et réunionnais, venus honorer la mémoire de leurs aïeux, victimes de l’esclavage colonial, à l’occasion des 150 ans de l’abolition de l’esclavage. Un an après, elle créa avec son époux, Serge ROMANA, et une dizaine de militants impliqués dans l’organisation de la marche de 1998, le comité Marche du 23 mai 1998 (CM98), reconnu pour le travail mémoriel qu’il accomplit depuis 16 ans. Elle est aujourd’hui vice-présidente de cette association et responsable de son université populaire.

Viviane ROMANA est aussi élue depuis 2010 au Conseil régional d’Ile-de-France, siégeant au sein du groupe RCDEC – Le rassemblement.  Elle est également conseillère municipale (DVG) de Saint-Denis (93).